Passer au contenu principal Passer au pied de page

11 tendances à surveiller en immobilier commercial au quatrième trimestre 2023

11 CRE Trends Images Colliers 125 Hero Image 1536x1040
Au vu du contexte économique, le secteur de l'immobilier commercial a vu émerger certains changements au cours de cette année; certains anticipés, d'autres sources de surprise et d'interrogations. Voici 11 tendances à garder en tête alors que s’entame le dernier trimestre 2023.

  1. L’assouplissement du marché du travail et son impact sur le retour au bureau. La lenteur du retour au bureau est de toute évidence liée à un marché de l’emploi extrêmement tendu, dans lequel les employés ont beaucoup d’influence. Depuis la pandémie, le taux de chômage demeure à des niveaux exceptionnellement bas. On observe toutefois clairement que cette situation est en train de changer, avec les licenciements et la croissance rapide de la population, qui n’est pas entièrement absorbée par l’emploi. Un marché de l’emploi plus faible signifiera-t-il que les employeurs insisteront davantage sur le retour au bureau?

  2. Ralentissement du marché du logement. Les prix baissent dans le secteur résidentiel; en toute logique suivant le contexte créé par les taux d’intérêt. Mais pas autant que prévu. Selon le graphique ci-dessous, les prix des maisons en rangée baissent de -3 % d’une année sur l’autre… mais ont augmenté de +45 % depuis 2019. Ainsi, même si les prix baissent, nous sommes encore loin de la normale. Les prix redescendront-ils à leur niveau de 2021 ou de 2019 ou défieront-ils la gravité et continueront d’augmenter en raison de la croissance démographique?

    CRE Trends Graph 1 EN
  3. Ralentissement des activités de développement Tous les secteurs, des bureaux du centre-ville aux logements de banlieue, ont été touchés par la nouvelle réalité de la souscription et des prêts dans un environnement où les taux sont plus élevés. La baisse des mises en chantier et le déclin continu des bureaux en construction semblent inévitables.

  4. Poursuite (?) des hausses de taux. Il y a de fortes chances qu’il y ait d’autres petites hausses de taux en octobre et en décembre (pas de réunion ni d’annonce en novembre). Les actions de la Banque centrale européenne et de la Réserve fédérale obligent la Banque du Canada à procéder à de nouvelles hausses.

  5. Augmentation de la sous-location sur le marché des bureaux. Pendant un certain temps, il a semblé que la sous-location avait diminué; après l’avalanche du début de la pandémie, elle est revenue à des niveaux normaux. Toutefois, nous avons vu les espaces sous-loués augmenter au cours des derniers trimestres, ce qui est généralement un signe de faiblesse sur le marché des bureaux.

  6. La hausse des prix de l’essence et ses répercussions sur l’inflation, le marché de la logistique et les déplacements entre le domicile et le travail. La question de savoir si nous progressons ou non en matière d’inflation dépend beaucoup de l’évolution des prix de l’essence. Pendant deux années consécutives, l’essence a augmenté par rapport d’une année à l’autre. En février de cette année, nous avons commencé à observer des baisses sur un an et l’inflation était maîtrisée. Toutefois, si on observe les deux derniers mois, on constate que le prix de l’essence a de nouveau augmenté.
    CRE Trends Graph 2 EN
  7. Augmentation de la disponibilité des locations industrielles. Nous constatons un certain ralentissement sur le marché de la location industrielle, habituellement à toute épreuve. Depuis des années, les rapports trimestriels du secteur sont identiques : hausse des loyers, baisse de la disponibilité, niveau record de la construction, augmentation du volume des ventes. Mais même ce secteur tout puissant est touché par les hausses de taux et le ralentissement de la demande dans l’économie, en particulier pour les biens.

  8. Politiques concernant les résidents non permanents et les étudiants. Dans un contexte de coûts élevés du logement et de pression sur les infrastructures, l’immigration fait l’objet d’un examen plus approfondi. On oublie souvent les « résidents non permanents », qui comprennent les étudiants, les travailleurs agricoles, les réfugiés et la parenté des titulaires d’un permis de travail. C’est un secteur qui a connu une énorme croissance, en particulier le secteur étudiant. Allons-nous assister à un recul du gouvernement face à ce type d’immigration?
    CRE Trends Graph 3 EN
  9. La récession est-elle déjà là? Alors que les ventes au détail continuent d’augmenter, la croissance démographique est forte, et les voyages ont repris. Toutefois, les services économiques TD soulignent que le PIB en dollars constant est négatif depuis un an et prévoient que cette tendance perdurera au moins jusqu’en 2025 (article en anglais seulement).

  10. Les coûts de construction continuent-ils d’augmenter? Il y a peu de temps, j’ai entendu un courtier se spécialisant sur la représentation des propriétaires dire que le plus grand obstacle aux transactions n’est pas le retour au bureau, les déplacements entre le domicile et le travail ou le coût des loyers demandés, mais les coûts d’aménagement. Les données le confirment. Les prix des produits de première nécessité ont grimpé en flèche et pour obtenir une main-d’œuvre qui se fait rare, vous êtes en concurrence avec les constructions résidentielles. Quelque chose doit changer, mais quoi?
    CRE Trends Graph 4 EN
  11. La situation financière des ménages se maintient. Alors que l’inflation et les coûts d’emprunt font la une des journaux, les ménages canadiens disposent toujours d’un bilan solide. Par rapport à 2019, les ménages disposent d’un capital et d’une valeur nette plus élevés et, comme le montre le graphique suivant, d’un endettement moindre par rapport à leurs actifs. Cette force peut-elle perdurer en cas de récession? Cela aura-t-il des conséquences sur les secteurs de l’immobilier plus orientés vers la consommation, comme le commerce de détail et la logistique?
    CRE Trends Graph 5 EN

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Adam Jacobs

Head of Research | Canada

Toronto Downtown

Colliers Canada's head of research, leading a cross-country team of 20 mapping, analytics and research professionals. Formerly head of Canada research at Cushman Wakefield and Director of Analytics at Oxford Properties. Featured in mainstream publications such as the Toronto Star, industry publications and podcasts. Specializing in the big picture and the fundamentals driving real estate - demographics, the macro environment and the global economy. 

Voir l'expert